Actualités

Partager sur :
23 avril 2021
Alumni en action

BAJAY Tchumah Alafela, un alumnus en action

Vue 49 fois

BAJAY Tchumah Alafela
1ère Promotion (1990-1992)
Coordonnateur Régional, Prévention de la Malnutrition, Helen Keller International/HKI (Sénégal, Burkina Faso et Mali) 2014-2017
CHIEF of Party PM2A (Coordonnateur- Représentant) du Consortium Tubaramure/Burundi (Prévention de la Malnutrition chez les enfants de moins de 2 ans), Catholic Relief Services & USAID 2009-2014

 

Connaissances acquises, une approche pratique des questions professionnelles, un diplôme universellement accepté comme supérieur. Vu de la première promotion, on peut déplorer les multiples changements intervenus dans les terminologies utilisées, ainsi que les dénominations des Départements de formation organisés et les diplômes délivrés.

Sur le plan international, on peut se réjouir de voir que le nom de l’Université est répertorié parmi les grandes Universités connues dans le monde, et visible dans le menu déroulant de la plupart des Organisations internationales.

L’esprit d’Alexandrie, dans la diversité culturelle des Auditeurs et des formateurs. Un cadre de formation et de travail très fourni. L’Egypte ! 

Plus que jamais, et à la faveur des Réseaux sociaux, il est important de renforcer les réseaux AIDUS nationaux, et sous régionaux, notamment sur les plateformes Whatsapp et Facebook.

De retour au pays (voire peu avant cela…), les nouveaux Diplômés sont encouragés à se connecter avec les Anciens. Cela peut faciliter l’insertion professionnelle, tout comme la synergie dans la création des emplois ou des unités professionnelles sectorielles.

Un débat des élites, mais finalement sentimental ! Lors de la guerre du Golfe, et au-delà des grands clivages religieux (Chrétiens vs Musulmans), j’ai été impressionné par les prises de positions des uns et des autres et la tension perceptible entre les pro et anti Saddam Hussein (Maghreb vs AutresNations, y compris l’Egypte).

Panique dans la Tour de Coton ! Au tout début, les Auditeurs ont été privés de l’ascenseur qui permettait l’accès aux étages, parce ce dernier était en rodage et réservé aux Chefs d’Etat qui devaient arriver pour l’inauguration solennelle de l’Université Senghor. Le jour J, ledit ascenseur « a défailli », bloquant leurs Excellences entre deux étages. Il a fallu recourir à la manivelle à partir du sommet du bâtiment pour les hisser à hauteur de l’étage qu’ils devaient visiter (F-Mitterand, H-Mubarak, Mobutu SS, etc).




1
J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.